L’Union européenne dispose-t-elle d’une réelle légitimité pour se mêler des affaires internes de la Pologne?

//L’Union européenne dispose-t-elle d’une réelle légitimité pour se mêler des affaires internes de la Pologne?

L’Union européenne dispose-t-elle d’une réelle légitimité pour se mêler des affaires internes de la Pologne?

Visegrád Post a publié un article assez intéressant sur le conflit autour du Tribunal constitutionnel polonais durant le mois d’avril de l’année passée. Il est en grande partie toujours d’actualité. Si vous souhaitez mieux comprendre cette affaire, je vous invite à cliquer ici.

La crise autour du Tribunal constitutionnel polonais n’a en effet pas commencé lorsque le PiS et ses partis satellites sont arrivés au pouvoir. C’est le gouvernement précédent PO-PSL qui a nommé plus de juges qu’il en avait la compétence car il pressentait sa défaite. Il voulait ainsi pouvoir bloquer les réformes nécessaires du nouveau pouvoir en place.

Ceux qui se font passer pour des libéraux alors qu’ils ont augmenté les impôts à de nombreuses reprises durant leurs deux mandats souhaiteraient faire tomber le gouvernement en place. Cela leur permettrait de récupérer les avantages auxquels ils avaient droit durant la période où ils avaient le pouvoir. Ils sont allés jusque s’allier avec les membres des anciens services secrets communistes qui sont eux-aussi touchés par les réformes en cours.

La Commission européenne souhaiterait déclencher la procédure de l’article 7 contre la Pologne afin de la sanctionner pour les prétendues atteintes envers la démocratie. Emmanuel Macron et Angela Merkel ont déclaré qu’ils soutiendront des éventuelles sanctions contre la Pologne.

La marionnette de la grande finance et des multinationales françaises a une fois de plus raté une bonne occasion de se taire. Pour rappel, ce n’est pas Emmanuel Macron qui a gagné les élections présidentielles françaises mais Marine Le Pen qui les a perdues. Plus de 40 % des Français ont voté pour des projets anti-européens au premier tour lors des élections en question.

Quant à la chancelière allemande, elle est très mal placée pour intervenir dans les affaires internes d’un pays que l’Allemagne s’est permise d’agresser durant le siècle passé en exterminant 17,1 % de sa population, rasant sa capitale et sans jamais avoir payé des dédommagements pour le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en Europe – hormis des sommes plus que symboliques envers certains survivants des camps de concentration allemands.

La Commission européenne manque également de légitimité pour se mêler des affaires internes de la Pologne. Le gouvernement polonais fut choisi de manière démocratique. Si aujourd’hui les Polonais devaient retourner voter, le PiS et ses satellites gagneraient les élections haut la main. En revanche, la Commission européenne n’a pas été choisie par les citoyens. Mateusz Morawiecki, le Premier ministre polonais, a une certaine classe et énormément de savoir et d’expérience. Quant à Jean-Claude Juncker, je tiens à rappeler à ceux qui l’auraient oublié que lorsqu’il faut lui parler de quelque chose d’important, il vaut mieux aller le trouver le matin lorsqu’il n’est qu’à moitié saoul. L’après-midi le Président de la Commission européenne semble être sur une autre planète. Il est donc souvent impossible de pouvoir communiquer avec lui.

 

Jean-Claude Juncker semble être vraiment désespéré par ce qui arrive en Pologne et en Hongrie…
Source de la photo : http://www.magyartudat.com/

 

Ces crapules ne disposent donc d’aucune légitimé pour s’occuper de la politique interne de la Pologne. Le Président de la Commission européenne devrait penser à une bonne cure de désintoxication ainsi qu’à une thérapie au sein du mouvement des Alcooliques anonymes au lieu de s’inquiéter de l’état de la démocratie dans un pays qui n’est pas le sien. La Pologne ne se trouve pas en Europe depuis 2004 mais depuis plus de mille ans. Notre pays mérite donc du respect et non des leçons venant de nos traitres et de nos bourreaux historiques.

Quant aux subsides européens tant reprochés à la Pologne, essayez chers lecteurs d’imaginer un deal tout en prenant en compte que les avantages financiers du plus grand bénéficiaire des fonds européens ne sont que de 2-3 % de son produit intérieur brut. Supposons que vous gagnez 2.000,00 EUR par mois. Seriez-vous d’accord que quelqu’un puisse se permettre de vous dire comment vous devez vivre votre vie, de choisir la couleur des murs dans votre maison ou de votre appartement et d’imposer d’autres choses sans même vous demander votre avis en échange de 100,00 ou 200,00 EUR par mois?

Paweł Kukiz, un député de l’opposition constructive polonaise a dit lors d’un discours au Parlement polonais : „J’aime l’Europe. Néanmoins, je distingue l’amour et un partenariat de la prostitution.” Lors d’un sommet à Malte, l’ancien Président français François Hollande s’est permis de dire à l’ancienne Première ministre polonaise : „Vous vous avez vos principes. Nous nous avons les fonds.” La Pologne mérite plus que de jouer le rôle de la p*** de l’Occident. Les subsides, qu’ils les gardent pour eux les protectionnistes français et allemands. Notre pays gagnerait beaucoup plus si le marché européen lui était nettement plus ouvert. Comme l’a dit François Hollande, ces subsides ont un prix. Celui du silence. Un silence qui nuit aux intérêts économiques polonais lorsqu’il s’agit de se taire lors de la prise d’une décision stratégique.

Le vrai problème de la démocratie polonaise n’a rien avoir avec ses atteintes aux libertés fondamentales. La France, l’Allemagne et la Commission européenne ne souhaitent pas que la Pologne soit riche, forte et la plus indépendante possible. L’Occident souhaite faire d’un pays ayant une tradition de plus de mille ans une néocolonie. Je suis un Européen convaincu mais convaincu par un autre projet. Que l’Europe d’Angela Merkel, Martin Schultz, la marionnette Emmanuel Macron, l’alcoolique Jean-Claude Juncker et Frans Timmermans crève!

Un projet stable et durable ne se construit pas en imposant la volonté des plus forts et des plus riches à ceux qui reconstruisent leur pays après plusieurs dizaines d’années d’énormes difficultés. Si la Pologne d’aujourd’hui est moins développée que les pays d’Europe occidentale c’est notamment à cause de la Seconde Guerre mondiale que nous devons à l’Allemagne, à l’Union soviétique, à la France et au Royaume-Uni. Les deux premiers se sont alliés contre la Pologne avant de l’agresser. Les deux suivants l’ont trahie en ne respectant pas les termes de l’alliance militaire entre nos trois pays. Les dizaines d’années de communisme sont plus que scandaleuses. La Pologne fut vendue par ses faux alliés à Joseph Staline. Notre pays a perdu la guerre alors qu’il était dans le camp des vainqueurs.

Source des photos utilisées pour ce photomontage : https://www.politico.eu/ et https://www.justgiving.com/.
Lien vers ma page Facebook : https://www.facebook.com/helinski/
Lien vers mes articles publiés sur Pressmania : http://pressmania.pl/author/pawel-helinski/
Vous pouvez également m’écrire si vous avez des questions : kontakt@helinski.info

By |2017-12-20T00:54:02+00:00Grudzień 19th, 2017|Polityka|Możliwość komentowania L’Union européenne dispose-t-elle d’une réelle légitimité pour se mêler des affaires internes de la Pologne? została wyłączona

About the Author:

Paweł Heliński
Nazywam się Paweł Heliński. Urodziłem się w Poznaniu w 1985 roku. Moi rodzice postanowili wyjechać z Polski, gdy miałem półtora roku. Wychowałem się więc za granicą, lecz zamiast się wynarodowić, wręcz przeciwnie: nawiązałem silne więzi z Polską i z Polakami. Ze względu na większość życia spędzonego za granicą oraz tylko część w Polsce, na niektóre kwestie patrzę z trochę innej perspektywy niż większość ludzi. W dziennikarstwie i polityce najbardziej interesuje mnie szukanie prawdy. Chcę również walczyć dla Polski w ramach wojny informacyjnej. Widząc jakie kłamstwa głoszą o naszym kraju zagraniczni dziennikarze lub polscy podkupieni przez zagraniczne interesy, czuję się zobowiązany do wyprostowania wizerunku naszego kraju. Szkoda, że nasz rząd się tym nie zajmuje na poważnie. Jestem zdania, że polski MSZ powinien zatrudnić sporo lobbystów oraz przeprowadzić głębokie reformy, inaczej Polska nigdy nie będzie w stanie prowadzić asertywnej i niezależnej polityki na scenie międzynarodowej.
Google+