L’Afrique est le continent le plus riche de notre planète en ce qui concerne les matières premières. Néanmoins, il s’agit également du continent où règne le plus de pauvreté au monde. Malgré ses richesses, une grande partie de l’Afrique souffre de la misère. Comment est-ce possible?

Tout d’abord l’Afrique a le malheur de se limiter principalement à la vente de ses matières premières alors qu’elles ne représentent qu’en moyenne 1 % de la valeur des produits finis. Il ne faut cependant pas oublier que sans ces richesses naturelles fournies à ses partenaires commerciaux, ils ne seraient pas en mesure de produire les biens destinés à la consommation ou à la production d’autres biens.

L’Afrique est également une terre qui a connu le malheur de l’esclavagisme durant des siècles ainsi que la colonisation par les grandes puissances occidentales. Les richesses de nombreuses nations viennent donc du travail des gens de couleur noire ainsi que de leurs matières premières qui furent et qui sont soit pillées, soit sous-payées. L’homme blanc fut durant des centaines d’années persuadé de faire partie d’une race supérieure, ce qui est aberrant. L’Afrique est le berceau de l’humanité. Malgré une apparence différente, la couleur de la peau et d’autres détails ne représentent qu’une minime partie de notre code génétique. Cela fut prouvé scientifiquement à de nombreuses reprises. Nous avons probablement tous un ancêtre en commun. Malgré cela, le Français Voltaire, le représentant le plus connu de la philosophie des Lumières durant le XXIIIième siècle, est arrivée à une conclusion assez confuse en ce qui concerne l’homme noir :

„Leurs yeux ronds, leur nez épaté, leurs lèvres toujours grosses, leurs oreilles différemment figurées, la laine de leur tête, la mesure même de leur intelligence, mettent entre eux et les autres espèces d’hommes des différences prodigieuses. Et ce qui démontre qu’ils ne doivent point cette différence à leur climat, c’est que des nègres et des négresses transportés dans les pays les plus froids y produisent toujours des animaux de leur espèce, et que les mulâtres ne sont qu’une race bâtarde d’un noir et d’une blanche, ou d’un blanc et d’une noire.”

Cet avis est plus que scandaleux. Néanmoins, il faut le remettre dans son contexte historique. Au XIXième siècle la science ne fut pas aussi développée qu’actuellement. Voltaire fut malgré tout un fervent défenseur des droits de l’homme et un grand humaniste durant la période où il a vécu. L’homme noir fut considéré comme une „sous race” à cette époque, mais par contre l’homme blanc ne fut pas le seul responsable de l’esclavagisme de la population africaine. Ceux sont des Africains eux-mêmes qui ont participé le plus souvent à la chasse aux esclaves afin de les revendre à des Occidentaux. Sans la collaboration de certains habitants du continent africain, y compris le colonialisme, qui a fait la richesse de nombreux pays étrangers, n’aurait pas su survivre très longtemps. Quant à la situation actuelle, de nombreux dirigeants africains appelés „les crocodiles” par les habitants locaux, du moins au Sénégal, se laissent corrompre par des puissances ou des multinationales étrangères. En échange de plusieurs millions, ils leur offrent la possibilité d’exploiter des matières premières valant des milliards et les habitants de leurs pays respectifs pour des mies de pain, ce qui est plus que révoltant. Un des autres éléments qui est la clé de la situation catastrophique dans de nombreux pays africains, ce sont les guerres provoquées non pas par les Africains eux-mêmes, mais par les grandes puissances étrangères qui les rebellent les uns contre les autres afin de leur vendre des armes et de piller encore plus le continent, ce qui est honteux.

Lors d’une interview à la télévision, Fatou Diome, une femme de lettres franco-sénégalaise a déclaré : „L’Afrique n’est pas pauvre. On l’appauvrit. L’Afrique n’a pas besoin d’aide. Elle a besoin de respect parce que si on payait les matières premières qui viennent d’Afrique, si on payait les ressources de l’Afrique au prix que ces ressources méritent vraiment, mais les Africains n’auraient pas besoin d’aide. Avoir un pays qui a du pétrole, de la bauxite, de l’uranium et tout ça qui fait la fortune de l’Occident et bien au lieu de piller l’Afrique, travaillons donc en partenariat avec l’Afrique, en solidarité avec l’Afrique et dans un respect mutuel. A ce moment-là l’aide humanitaire ne serait plus là pour soigner la conscience des Occidentaux, mais l’aide humanitaire serait devenue inutile et même indigne parce qu’on ne peut pas passer sa vie à tendre la main.” Il est difficile de ne pas lui accorder raison.

Quelles conclusions pouvons-nous tirer de tout cela? Existe-t-il une recette afin de faire sortir l’Afrique de la misère et de la guerre présente dans de nombreux pays de ce continent? La plupart des conflits sont peu connus par la population des pays développés car nos médias n’en parlent pas suffisamment. Ils préfèrent parfois se concentrer sur des banalités du genre „qui couche avec qui?” au lieu de nous ouvrir les yeux sur des questions nettement plus importantes. Lors des dernières décennies, les personnes de couleur noire ont su gagner différents combats, notamment celle de la fin de la ségrégation raciale aux Etats-Unis ainsi que la lutte face à l’apartheid en Afrique du Sud. Il est grand temps de remporter de nouvelles victoires. Voici des éléments qui pourraient s’avérer utiles afin de gagner une guerre qui serait un énorme pas en avant non pas seulement pour l’Afrique, mais également pour l’humanité toute entière :

1. Nous vivons dans un système capitaliste. Contrairement à ce que nous pourrions penser, ce n’est pas le capitaliste qui est le roi, mais le client qui fait vivre les entreprises dont les multinationales. Le choix d’un produit est comme un droit de vote. J’appelle donc à la création d’un label du genre „produit respectant une éthique de commerce équitable”. L’exemple d’Oxfam ne suit pas vraiment la même logique. Mon idée n’a rien avoir avec la création de coopératives mais plutôt de l’instauration de nouvelles normes obligatoires dans le monde entier venant s’ajouter à des normes de sécurité et de qualité. L’Union européenne pourrait être le premier groupe de pays à bloquer son marché aux produits ne respectant pas certaines normes éthiques, mais il faudrait une volonté politique pour cela. Personnellement, lorsque j’achète un produit fini dont le prix est de 100 euros, cela ne me dérangerait absolument pas de payer 101, 102 ou 103 euros, tout en sachant que la différence de prix sera destinée au travailleur africain exploitant une mine et que cet argent servira au développement de ce continent riche constitué de gens pauvres. 1, 2 ou 3 euros ce n’est pas une énorme somme. Par contre cette différence de prix constituerait une hausse de la rémunération des travailleurs et du prix des matières premières de 100, 200 ou 300 %. Les pays développés ne manquent pas de gens de bonne volonté. Caritas International, Médecins Sans Frontières ou Oxfam sont des organisations qui prouvent que certains ne sont pas insensibles envers les injustices qui règnent dans le monde dans lequel nous vivons. Néanmoins, payer les matières premières ainsi que le travail de ceux qui les extraient à leur juste prix serait beaucoup plus bénéfique à long terme que d’offrir à ses gens-là gratuitement de la nourriture et de l’aide médicale. Ils ont suffisamment de potentiel pour se débrouiller par eux-mêmes si nous nous décideront enfin d’empêcher les puissants de ce monde à les voler et à les faire s’entretuer.

2. Ce ne sont pas les gens qui font le mal qui nuisent le plus, mais ceux qui les regardent sans rien faire. Les personnes de bonne volonté devraient donc s’organiser pour imposer ces normes aux entreprises produisant des produits finis. Ce postulat mérite sa place dans plus d’un programme politique. En ce qui concerne les réfugiés et l’immigration économique, l’Occident ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Les problèmes de ces gens-là devraient être résolus sur place. Ils n’ont d’ailleurs pas très souvent envie de quitter leur pays pour de bon lorsqu’ils y ont droit à une vie décente.

3. Si les Africains veulent sortir de la misère, ils doivent s’unir afin de combattre cette pathologie. Ils en sont en grande partie responsables car ils se laissent faire et ils ne réfléchissent pas suffisamment par eux-mêmes lorsqu’ils sont ciblés par de la manipulation. Pourquoi et quelles sont les solutions?

– les élites se laissent corrompre par les puissances et les multinationales occidentales
– de nombreux Africains se laissent provoquer par les puissances étrangères qui se font de l’argent sur la vente d’armes lors de conflits militaires. Ouvrer donc les yeux et arrêter de vous faire manipuler mes chers amis africains! La ou deux parties se disputent, une troisième et une quatrième en tire profit. C’est en continuant de vous diviser que vous allez subir encore plus de nouvelles guerres ainsi que la famine et la pauvreté.
– l’Union fait la force. Telle est la devise de la Belgique et elle correspond bien à la réalité. La seule façon de gagner cette grande bataille, c’est de s’unir pour une cause commune. Je vous recommande également de ne pas trop se faire concurrence en vous inspirant de la politique d’organisations telles que l’OPEP, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Avant de se mettre d’accord sur la manière d’influencer les prix de l’or noir, dans certains pays de cette institution internationale, le niveau de vie était extrêmement bas. Actuellement le Qatar est un des pays les plus riches au monde et quant aux Emirats Arabes Unis, ils sont devenus une destination de tourisme de luxe grâce aux investissements de l’argent du pétrole qui lui aussi ne coûtait presque rien il y a quelques dizaines d’années.
– le pardon. Votre priorité n’est pas de punir „les crocodiles”, les ethnies avec lesquelles vous vous entendez mal ou les gens avec qui vous avez des comptes à régler. Chaque jour de conflit, ce sont des centaines de millions, si pas des milliards, qui sont volés à ce formidable continent. La cause des problèmes que je dénonce haut et fort est nettement plus importante que de la vengeance envers ceux qui ont profité et continuent de profiter de ce système. Au contraire, laisser leur la chance de vous rejoindre dans ce combat. Etant donné qu’ils ont des lignes directes avec ceux qui les corrompent, ils ont la possibilité de commencer à négocier les nouvelles règles du jeu. Ne vous laissez également pas avoir par une certaine opposition car il arrive souvent qu’elle reçoit du financement venant de l’étranger. Seules l’unité nationale et la coopération de la quasi-totalité du continent africain peuvent faire vraiment bouger les choses.
– de nombreux Africains préfèrent des produits importés aux produits locaux. Néanmoins, lorsque vous consommer des produits venant de l’étranger, les devises dont vous avez tant besoin fuient vos pays. En privilégient vos produits locaux, vous privilégiez le développement de vos pays et de votre continent, ce qui vous est nettement plus bénéfique.
– la prise de conscience n’est pas nécessaire seulement dans les pays développés afin d’inciter les gens à vous payer plus, mais également en Afrique. Roman Dmowski, un nationaliste polonais du début du XXième siècle, disait : „Je suis Polonais. J’ai donc des obligations polonaises.” En transformant les paroles d’un des pères de l’indépendance de la Pologne après 123 ans d’occupation étrangère je vous dis : „Vous êtes Africains. Vous avez donc des obligations africaines.”

Mes idées dont je vous invite à vous en inspirer ne sont pas une incitation à la violence. Chaque nouvel conflit ou une déstabilisation d’un de vos pays vous éloignera de la victoire dans cette lutte que vous avez besoin de gagner afin de pouvoir vivre tous décemment.

4. La diaspora africaine pourrait faire pression. Chers amis africains vivant en France ou dans de nombreux autres pays occidentaux, au lieu de parfois vous mettre des bâtons dans les roues, associez-vous et soutenez les vôtres. Lors des élections, ne votez pas pour des blancs, y compris pour moi si je venais à me présenter, mais plutôt pour des membres issus de votre communauté. Les Juifs et les Arabes sont un exemple de solidarité à construire entre vous. Lorsqu’un de vos compatriotes réussi sa vie, demandez-lui de partager son expérience plutôt que de vouloir le rabaisser. La jalousie est un vilain défaut qui n’apporte rien de bon.

5. La diaspora africaine pourrait faire pression non seulement de manière purement pacifique, mais également s’organiser afin de mener des activités plus radicales. Vous avez une force qui est difficile à contrer vu votre nombre dans certaines villes de France par exemple. Il est donc assez évident que vous pouvez vous permettre de beaucoup de choses allant jusque même déstabiliser les pays dans lesquels vous vivez. Dans certaines villes, vos effectifs sont plus nombreux que ceux des forces de l’ordre public et dans plus d’un pays votre population dépasse celle des soldats locaux. Je ne vous l’écris pas afin de vous inciter à commencer à mener des guerres civiles dans vos pays d’accueil, mais afin de vous faire prendre conscience que vous avez un certain rôle à jouer dans cette lutte pour la dignité de tous et qu’en vous organisant, vous aurez de la force et du pouvoir. Respectez les pays qui vous ont accueilli, mais n’oubliez jamais vos racines. Les pays étrangers dans lesquels vous vivez sont souvent des anciennes métropoles de colonies africaines. Malgré que vous ne soyez pas par exemple des Français de souche ne veut pas dire que ce pays ne vous appartient pas. Le travail de vos ancêtres a enrichi pas mal de colons ainsi que les métropoles. Néanmoins, beaucoup d’Occidentaux n’ont rien avoir avec le colonialisme et soutiennent votre cause donc respectez les gens qui vivent dans vos pays d’accueil.

Rendez-vous donc compte de votre force! Vous êtes au nombre d’environ un milliard. Commencez à débattre dans cette direction entre vous et réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour vos pays et votre continent. Ouvrez des associations à but non lucratifs ou des associations et des mouvements politiques. Essayer de rentrer dans des partis politiques dans les pays où vous vous êtes expatriés. Les personnes issues de votre communauté sont là et ils peuvent commencer à vous soutenir. Les partis politiques sont intéressés y compris par les voix des personnes de couleur. Oubliez vos différences. Unissez-vous en front commun afin de faire sortir l’Afrique de la pauvreté! Vous ne méritez pas de vivre dans la misère, mais dans la dignité. Malheureusement cette dignité personne ne vous l’offrira sur un plateau. Vous devez l’arracher. Cela constituera un long combat, mais il est malgré tout possible de le gagner. D’après la quasi-totalité des experts économiques, l’Afrique sera d’ici peu le continent ayant le plus grand taux de croissance économique au monde. Cette richesse, gardez-la principalement pour vous. Elle vous appartient. Ne vous soumettez pas au néocolonialisme. A long terme il ne vous apportera rien de bon.

Je suis Belgo-Polonais, principalement Polonais, mais cela ne m’empêche pas d’être un grand ami de l’Afrique que j’ai eu la chance de découvrir de mes propres yeux. Certains prennent encore aujourd’hui les gens de couleur noire pour des personnes inférieures à ce qu’ils appellent „d’autres races”. Néanmoins peu d’entre ces ignorants ont eu l’occasion de se rendre en Afrique et de s’intégrer avec la population locale durant leur séjour. Ils ne savent même pas de quoi ils parlent. En ce qui concerne l’intelligence, notre éventuelle différence en ce qui concerne le savoir et l’alphabétisation vient surtout du manque d’accessibilité des enfants et de la jeunesse africaine à l’éducation. En Afrique l’école n’est pas un devoir, mais un privilège dont de nombreuses familles n’ont pas les moyens de payer. Lors de mon séjour sur votre continent, j’ai apprécié plusieurs choses. La société occidentale n’a pas évolué que dans de bonnes directions. Certaines valeurs anciennes sont très importantes, par exemple la famille. J’ai également eu le droit de faire connaissance avec une autre culture fort différente de la mienne. Fréquenter des Africains en Europe et se rendre en Afrique, ce n’est pas la même chose. Avant de partir j’avais une fausse image de ce continent, tout comme la plupart des Africains ont une fausse image de l’Europe. Ici aussi nous traversons souvent des difficultés. L’argent ne pousse pas sur les arbres dans les pays développés. Une grande partie de la population est endettée, voire même surendettée. Lorsque certains d’entre nous se rendent en vacances chez vous, ils vivent d’une autre manière que celle de la vie de tous les jours allant même jusque prendre des crédits afin de pouvoir vous rendre visite et profiter nettement plus de la vie que d’habitude. Les différences entre les riches et les pauvres sont de plus en plus grandes en Occident. La vie coûte très cher. Certaines personnes vivent dans la rue et fouillent les poubelles et personne ne les sort de la misère. D’autres ont du mal à payer leur loyer ou à manger à leur faim. Nous aussi nous souffrons parfois à cause de nombreuses maladies et il arrive que malgré des aides de l’état, les médicaments nous coûtent cher. Retenez ceci une fois pour de bon : l’Europe n’est pas un paradis! Plus vous gagnez d’argent dans un pays, plus vous y en dépensez. Enfin, je vous respecte énormément pour une chose. La quasi-totalité des pays d’Afrique interdisent l’avortement hormis des situations exceptionnelles. Certaines associations occidentales se sont rendues en Afrique afin de promouvoir l’interruption volontaire de la grossesse. Dans de nombreuses langues africaines, il n’existe aucun mot pour décrire un tel acte. Au Royaume-Uni ainsi que dans de nombreux états des Etats-Unis l’avortement est légal jusque la 24ième semaine de la grossesse et ces deux pays ne sont que des exemples parmi d’autres. Malheureusement il y en a nettement plus que deux. Les enfants nés lors du même stade de développement survivent assez souvent lorsque l’hôpital dans lequel ils naissent dispose de matériel médical sophistiqué. L’avortement est un meurtre, ce qu’ignorent de nombreux Occidentaux ayant subi un lavage de cerveau au nom du politiquement correct. En Pologne, mon pays d’origine, certains essayent de faire passer des lois barbares libéralisant cet acte honteux sous le couvercle des droits des femmes. Une femme enceinte qui se retrouve en difficulté a surtout besoin d’une aide financière, du soutien de ses proches ainsi que de la prise de ses responsabilités de l’homme avec lequel elle a eu des relations sexuelles et non pas du droit à l’avortement. Vous les Africains, vous respectez le droit à la vie en ce qui concerne cette question. Chapeau bas! Par contre quant à l’excision des petites filles, je suis d’avis qu’il est grand temps de mettre un terme à cette pratique ancestrale. Les mutilations génitales n’apportent rien de bon aux femmes. Comprenez enfin que vous leur faites subir du mal en leur faisant subir ce rituel anachronique. Quant au reste, les Occidentaux devraient s’occuper principalement de leur propre potager plutôt que de se mêler de vos affaires. Unissez-vous et ne vous laissez plus faire! Pour beaucoup le combat est perdu d’avance. Néanmoins, il arrive parfois qu’une personne ne sache pas qu’il est impossible de changer quelque chose et en essayant de le faire, elle finit par y arriver. Ne baissez pas les bras! Et surtout n’oubliez pas : l’Union fait la force. Votre combat pour l’Afrique, vous pouvez le gagner uniquement en travaillant tous ensemble, tout en surmontant vos différences et vos conflits internes. Je vous souhaite bonne chance! Fatou Diome a raison. L’Afrique mérite du respect. Nous vivons au XXIième siècle. Il est grand temps de réagir face à cette énorme injustice dont le résultat est une énorme souffrance humaine.

Source de la photo : https://mobile.twitter.com/ibrayus/
Lien vers ma page Facebook : https://www.facebook.com/helinski/